La mission d’aide ménagère

Définition des rôles
mardi 28 avril 2009
popularité : 45%

Ses tâches
- * Les travaux d’entretien courant. Laver la vaisselle, faire le lit, passer l’aspirateur, dépoussiérer les meubles, nettoyer les sols, les portes, les luminaires (lustres dans la mesure du possible), les miroirs, ranger, nettoyer l’intérieur du réfrigérateur et des placards.
L’usage d’un petit escabeau (3 marches maximum) est utile.

Pour les vitres, il faut que l’opération soit faisable - sans danger - de l’intérieur du logement.

Le linge. Laver et repasser le linge, le raccommoder, le porter à la blanchisserie ou à la laverie automatique.

- * Les repas.
Porter le repas à domicile, le préparer et aider à manger ; vérifier que la personne âgée a en réserve des denrées non périssables qui lui permettent de faire face à un éventuel imprévu. A l’inverse l’hygienne alimentaire et les denrées stockées dans le réfrigérateur son surveillées.

- * Les courses de proximité.
Les courses sont faites à proximité du logement de la personne âgée, et leur poids global ne doit pas excéder 5 kilogrammes. Le montant nécessaire aux achats ne doit pas dépasser 30 euros et doit en principe être fourni par la personne âgée à l’aide ménagère. La rigueur des associations se remarque précisément au sérieux avec lequel elles traitent ces questions financières. A Paris, par exemple, les aides ménagères du centre d’action sociale de la ville de Paris disposent d’un carnet de courses dont les pages sont numérotées et comportent chacune deux feuillets autocopiants. L’aide ménagère peut ainsi inscrire le nom de la personne pour le compte de qui elle effectue des courses, la somme d’argent qui lui a été remise, le montant des courses effectuées (les tickets faisant foi) et le montant de la monnaie rendue. Chaque feuillet est daté et signé par la personne âgée qui conserve un double. L’autre feuillet est laissé dans le carnet pour donner lieu à vérification, si besoin est.

- * Au sujet des soins.
Les actes paramédicaux ne sont pas de la responsabilité de l’aide ménagère. Bien entendu, elle peut apporter une aide à la toilette, à l’habillement, au laçage des chaussures et à la coiffure mais tous les soins nécessitant la possession d’un diplôme spécifique ou la manipulation de la personne sont à exclure.

- * Les animaux domestiques.
Prendre soin des animaux domestiques n’est pas du ressort de l’aide ménagère.

- * Aide à domicile ou aide ménagère ?
On ne devrait plus parler d’aide ménagère. La dénomination officielle est " aide à domicile ". Le changement n’est pas anodin. Le statut d ’aide à domicile n’est pas un " petit boulot " mais un métier, sanctionné par un diplôme officiel : le Certificat d’aptitude aux fonctions d’aide à domicile (CAFAD).

L’aide à domicile accomplit chez les personnes âgées un travail matériel (les courses, les repas, le ménage...), mais son rôle ne se réduit pas à cela. Elle est aussi une conseillère capable d’apporter un soutien psychologique et moral.

- * Tâches morales et psychologiques
Présence et soutien psychologique. Une personne âgée handicapée voit soudain le monde se resserrer autour d’elle. Une aide ménagère est donc plus qu’un soutien matériel : c’est une passerelle vers l’extérieur, un lien social régulier qui rythme la vie de la personne âgée, voire une présence affective. Cette dernière dimension peut même être exacerbée en cas d’isolement. Le comportement de l’aide ménagère doit donc susciter la confiance de la personne âgée, créer un climat de respect mutuel mais sans jamais supprimer la distance professionnelle qui devra imprégner leurs relations.

- * Aide à l’autonomie.
L’aide ménagère ne doit jamais se substituer à la personne âgée. Elle doit l’encourager à accomplir toutes les tâches qui sont encore à sa portée dans le but de maintenir ce qui lui reste d’autonomie. D’où l’importance de la formation initiale. Une aide à domicile professionnelle saura qu’elle doit respecter les désirs de la personne âgée, qu’une casserole sale ne doit pas automatiquement être nettoyée si la personne âgée ne le souhaite pas et qu’elle ne doit pas se substituer à elle pour toutes les taches domestiques, ce qui aurait pour conséquence d’accentuer l’incapacité de la personne âgée.

- * Ses tâches sociales
Petites démarches administratives. Les papiers administratifs, les demandes de remboursement de Sécurité sociale, les renseignements qui dépendent du centre d’action sociale sont du ressort de l’aide ménagère. Les tâches à caractère financier en revanche sont exclues.

- * Sorties.
Si l’état général de la personne âgée est suffisamment bon pour permettre une sortie, l’aide ménagère joue le rôle d’accompagnatrice. Il faut néanmoins que ce déplacement puisse avoir lieu dans un périmètre raisonnable par rapport au domicile. Ces petites sorties peuvent avoir pour objet de faire des courses, de se rendre chez le coiffeur ou tout simplement de se promener.

Ce qu’une aide ménagère ne doit pas faire :

- * Toutes démarches financières. En dehors des petites sommes destinées aux courses, l’aide ménagère ne doit en aucun cas se livrer à des opérations bancaires. Elle ne doit pas non plus accepter de procuration, sauf dans des occasions exceptionnelles et avec l’accord du responsable de l’association ou du centre d’action sociale.

- * Posséder un double des clés de l’appartement de la personne âgée. Là encore, la règle souffre des exceptions. L’aide ménagère peut, dans certaines situations exceptionnelles et avec l’accord de ses supérieurs hiérarchiques, posséder un double des clés du logement d’une personne âgée incapable de se déplacer, par exemple. Mais en règle générale, l’aide ménagère doit éviter de rapporter ces clés à son domicile et doit les déposer le soir au siège de l’association où elle travaille.


Navigation

Articles de la rubrique

  • La mission d’aide ménagère

Brèves

11 novembre 2009 - Vaccination Grippe H1N1 Coup d’envoi

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, a présenté le 9 novembre lors d’une conférence (...)